Taphonomie et minéralisation de bois carbonatisés du Purbeckien de l’Usine, à Cherves-Richemont (Charente) - INSU - Institut national des sciences de l'Univers Access content directly
Journal Articles Geodiversitas Year : 2022

Taphonomy and mineralization of carbonated wood from the Purbeckian facies of l’Usine, Cherves-Richemont (Charente)

Taphonomie et minéralisation de bois carbonatisés du Purbeckien de l’Usine, à Cherves-Richemont (Charente)

Abstract

Lower Cretaceous deposits from the Charentes region, in southwestern France, correspond to Purbeckian facies of continental to brackish environments, locally rich in evaporitic formations (Manès 1850; Pouech et al. 2006, 2014, 2015; Schnyder et al. 2012; Vullo et al. 2014; Moreau et al. 2017b). Three fossiliferous localities have been previously identified: the Berriasian gypsum of Champblanc, near Cherves, with both teeth accumulations and bone beds of fishes, crocodiles and dinosaurs, but relatively poor in fossil wood (Buffetaut et al. 1989; Le Loeuff et al. 1996; Schnyder 2003; Colin et al. 2004; El Albani et al. 2004; Mazin et al. 2006; Rees et al. 2013); the Berriasian marls and calcareous conglomerate of Angeac-Charente, particularly rich in dinosaur megaremains and lignitic accumulations (Néraudeau et al. 2012; Allain et al. 2014; Benoît et al. 2017; Polette et al. 2018; Polette 2019); the Purbeckian to Wealden clay and conglomerate of the Rochefort area, providing large bones of dinosaurs in surface blocks, but never observed in stratigraphical position (Vullo et al. 2012). Another fossiliferous Purbeckian locality from the Charentes region, the Chassiron coast of Oleron Island, is rich in vertebrate and plant remains, but mainly Tithonian in age (Vullo et al. 2014; Moreau et al. 2017b).
Les faciès purbeckiens de Cherves-Richemont, en Charente (SO France), comprennent au-dessus de la série évaporitique des gypses de Chamblanc une série marno-calcaire fossilifère. Dans le secteur de l’Usine, cette série carbonatée présente deux faciès remarquables par leur contenu en bois fossiles carbonatisés. En surface persistent des blocs relictes d’un conglomérat calcaire, disloqué par les labours, riche en encroûtements tubulaires, carbonatés et fibroradiés, d’axes végétaux, associés à des fragments de fusain. Ce faciès conglomératique comporte également des galets d’os de grands reptiles et des écailles de poissons Lepidotes Agassiz, 1832. À environ 40 cm de profondeur, une fouille sur le site a permis de mettre au jour, dans une couche marneuse, des tronçons métriques de bois carbonatisé, encroûtés par des sphérules fibreuses carbonatées. L’analyse géochimique des bois confirme une minéralisation exclusivement carbonatée (ni gypse, ni silice). Les lames minces réalisées dans les bois révèlent une fine carbonatisation à l’échelle cellulaire, surtout hyperblastique ou polyblastique, vraisemblablement d’origine microbienne. La détermination des bois au microscope électronique à balayage permet de les attribuer au genre Agathoxylon Hartig, 1848, témoignage fréquent des gymnospermes mésozoïques. Le milieu de dépôt est interprété comme continental ou margino-littoral. La position stratigraphique de ces faciès à bois carbonatisés, un peu au-dessus des gypses berriasiens de Champblanc, en fait un équivalent latéral probable du site berriasien final à dinosaures et bois fossiles d’Angeac-Charente.
Fichier principal
Vignette du fichier
neraudeau-geodiv-2022.pdf (9.57 Mo) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

insu-03722097 , version 1 (13-07-2022)

Identifiers

Cite

Didier Néraudeau, Marc Philippe, Abderrazak El Albani, Jean‐david Moreau, France Polette, et al.. Taphonomie et minéralisation de bois carbonatisés du Purbeckien de l’Usine, à Cherves-Richemont (Charente). Geodiversitas, 2022, 44 (24), pp.665-682. ⟨10.5252/geodiversitas2022v44a24⟩. ⟨insu-03722097⟩
224 View
54 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More